Forum RP Amour Sucré Sweet Love Highschool

Bienvenue à Sweet Love HightSchool, forum RPG manga inspiré du jeu Amour Sucré. Incarnez un personnage du jeu ou créez un rôle inédit et vivez une histoire unique.
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Mission Seconde : Défier l'ennui ! [Pv : Ander]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
La plus belle plume
Localisation : Entre les rayonnages
Messages : 45
Date d'inscription : 28/05/2014

Feuille de personnage
Prénom: Estelle
Âge: 20 ans
Statut: Bibliothécaire au lycée
avatar
La plus belle plume
Estelle Delierre
MessageSujet: Mission Seconde : Défier l'ennui ! [Pv : Ander]   Jeu 29 Mai - 20:48



Mission seconde : Défier l'ennui !


Estelle & Ander

Distrais-moi...


Ennui. Cela faisait trois jours que j'étais ici. Et, en plus du fait de ne pas avoir dormi beaucoup depuis, je m'ennuyais. Et, comme toute sociopathe digne de ce nom, ce sentiment d'ennui rongeait profondément mon âme. J'en étais au point où je me demandais si, comme le très admiré mais fictif Sherlock Holmes, je pouvais me faire embaucher comme consultante pour la police. De bonnes énigmes, ça aurait pu me tenir occupée, non ?

Ces élèves étaient d'un ennui ! Toujours à me demander les mêmes livres... Clairement, aucun d'eux ne venait ici pour lui-même. Ils se contentaient d'obéir aux autres, sans penser autrement que pour et par la masse, et je trouvais cela affligeant. J'avais une opinion très tranchée sur les humains, la situation politico-mondiale actuelle, et je trouvais triste que, si jeunes déjà, les humains soient privés d'individualité.

J'étais assise à mon bureau, près de l'entrée de la bibliothèque. Nous étions vendredi, il était neuf heures du matin, et je doutais donc que quelqu'un vienne jusqu'ici avant au moins  deux bonnes heures. J'allais enfin pouvoir travailler tranquillement. Ces trois derniers jours, je n'avais pu lire qu'un seul livre à la fois, et bien sûr, sans dessiner ou prendre des notes. Mes mains tremblaient d'impatience alors que je déverrouillais le tiroir de mon bureau, pour en tirer mon carnet à dessins et mon cahier d'observations. Je pris les trois livres empilés sur un coin de mon bureau, les ouvris, et les étalais devant moi, là où je m'en étais arrêtée. Et je commençai enfin à me cultiver comme je le souhaitais, après trois longues journées d'abstinence. Cela me faisait un bien fou. Je ne le faisais pas quand il y avait des élèves, pour ne pas attirer le regard sur moi. Mieux valait pour moi ne pas attirer l'attention.

En entendant des pas qui se dirigeaient vers la bibliothèque, je me stoppais aussitôt. Heureusement, j'avais eu la présence d'esprit de laisser les portes ouvertes, pour entendre les gens arriver. J'arrêtai aussitôt d'écrire, refermai les trois livres, et me remis à dessiner. Quand la personne entra - je n'osai vérifier si c'était là un homme ou une femme - je ne la regardai pas. Bien que n'ayant pas besoin de poser les yeux sur mon carnet pour voir où le fusain se posait, je feignais de le devoir. Et, dans un silence juste marqué par ses pas et le grattement du carbone sur le papier, j'attendis qu'il ou elle vienne à moi pour un renseignement, une location, ou reparte tout simplement.


By Ally G 



l


Dernière édition par Estelle Delierre le Dim 1 Juin - 9:09, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Mission Seconde : Défier l'ennui ! [Pv : Ander]   Ven 30 Mai - 7:08



DÉFIER L'ENNUI !





J'étais certainement le pire hypocrite que ce monde ait pu voir. Un grand gamin se voilant volontairement la face sans même s'en rendre compte. Était-ce possible ? Est-ce que j'étais tordu au point de ne pas m'en rendre compte moi-même ?

Ce matin-là était comme tous les autres. J'exécutais les mêmes rituels avec une certaine lassitude tandis que mon canin vagabondais joyeusement autour de moi. Ma journée ne débutais qu'en début d'après-midi et pourtant, j'étais déjà debout. Qu'est-ce que j'allais bien pouvoir faire ? Je fixais le miroir de la salle de bain avec une once de tristesse dans le regard. Il y avait des fois comme ça, où je me faisais peur. Ander, mais qui es-tu réellement ? Je me posais cette question à moi-même à plusieurs reprises sans jamais en connaître la réponse. Je me redressais en soupirant, cette fois-là non plus, mon reflet n'avait pas voulu me donner la solution de cette dure énigme.

Après m'être préparé, je descendis au rez-de-chaussée et disposai des croquettes dans les gamelles de mon canin et mon petit félin. Oui, c'était une journée comme les autres. Je sortis lentement de la bâtisse sans fermer la porte à clés derrière moi, après tout, Laxy était à l'intérieur. Et comme d'habitude, une fois sorti, je laissai cet insupportable sourire niais trôner sur mon visage. J'avançai ainsi le long des ruelles, les mains dans les poches de mon pantalon aux tons sombres. Mon regard se posait de temps en temps sur les passants sans pour autant délaisser mon sourire. Les Humains. Je ne pouvais pas réellement définir ce que je ressentais pour eux. De la fascination, de la compassion, de l'envie, de la bienveillance et... de la haine ? Oui soyons francs, la vérité était que je les détestais et que j'étais, suis et serai incapable de leur pardonner pour ce qu'ils Lui on fait, pour ce qu'ils m'ont fait, pour ce qu'ils se font. La race Humaine se bat sans même savoir pourquoi, la race Humaine fait souffrir autrui et ce, sans raison, simplement parce-qu'elle aime ça. Je veux dire, voir les autres en baver.

Mes pas me guidèrent finalement devant l'un de mes endroits favoris, à savoir, la bibliothèque. Mes yeux étaient rivés sur le bâtiment, un air d'imbécile heureux toujours scotché sur mon visage. Je lâchai un petit soupir et me décidai enfin à entrer. Je balayais la salle du regard en arquant un sourcil, comme si je la découvrais pour la première fois. Et à vrai dire, c'était la même chose à chaque fois. A chaque fois, je rentrais en lâchant un petit soupir et à chaque fois, je redécouvrais cet endroit avec plus d'émerveillement que la fois précédente. Mes yeux, après avoir parcouru la salle, se posèrent sur une jeune fille dont la chevelure était brune. Et je l'observais, en plein milieu, comme le grand crétin que j'étais. Ce qui suscitait mon attention était ce qu'elle pratiquait à l'instant, elle dessinait. Je savais pourtant que c'était gênant, de dessiner alors que quelqu'un vous fixe mais c'était plus fort que moi, je voulais la regarder dessiner, c'était tout ce que j'avais en tête. Mais afin d'éviter pour un prédateur sexuel qui prend son pied à regarder de jolies jeunes filles dessiner, je m'avançais d'un pas hésitant vers elle avec un léger sourire.

« Bonjour, lâchais-je avec naturel. »


[/size]




Revenir en haut Aller en bas
La plus belle plume
Localisation : Entre les rayonnages
Messages : 45
Date d'inscription : 28/05/2014

Feuille de personnage
Prénom: Estelle
Âge: 20 ans
Statut: Bibliothécaire au lycée
avatar
La plus belle plume
Estelle Delierre
MessageSujet: Re: Mission Seconde : Défier l'ennui ! [Pv : Ander]   Ven 30 Mai - 8:50



Mission seconde : Défier l'ennui !


Estelle & Ander

Je fais mon devoir.


Je finis par relever la tête. J'étais lasse de regarder une chose que je n'avais pas besoin de voir. Le dessin était instinctif pour moi : je savais exactement où se posait le fusain et ce qu'il faisait, je mémorisais chaque trait précédemment placé. Ma main droite, celle qui ne dessinait pas, fourmillait d'impatience.

« Bonjour. »

Ah... Oui. J'oubliais que je n'avais pas l'air à ma place derrière le bureau de la bibliothécaire. C'était pourtant mon poste désormais. Peu importe que j'aie l'air d'avoir quinze ou seize ans, j'avais atteint la vingtaine maintenant. J'éloignai une mèche violette et une noire de mon front. C'était un tic, une mauvaise habitude, mais je n'essayais même pas d'arrêter. Je m'en fichais en fait. Cela ne m'empêchait en rien de pratiquer tous les arts qui pouvaient me venir à l'esprit.

Je finis par lui répondre. Je devais être professionnelle, avenante, calme, malgré le Chaos qui bouillonnait en moi en exigeant d'être diverti. Je ne voulais pas perdre si tôt mon travail. Non pas par souci d'argent, je m'en fichais, j'étais d'une famille noble après tout. Non, juste parce que si je le perdais... J'aurais encore échoué à mon objectif.

- Bonjour, Monsieur. En quoi puis-je vous aider ?

Je le reconnaissais : il s'agissait du professeur d'arts plastiques. Je l'avais vu brièvement lorsque la directrice m'avait emmenée dans la salle des professeurs. Je n'avais pas ma place là-bas, mais... J'aurais aimé y retourner. Oh, bien sûr, j'en avais le droit normalement, puisque je faisais partie du personnel, mais je n'osais pas. J'avais l'air si jeune, si étrange, à côté d'eux tous. Je devais être à peine plus qu'une élève à leurs yeux.

Je fermai un instant les paupières, pour les rouvrir sur mon dessin. Il était terminé. C'était... Le papillon en cage. Me représentait-il ? Sans doute...


By Ally G 



l
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Mission Seconde : Défier l'ennui ! [Pv : Ander]   Ven 30 Mai - 17:02



DÉFIER L'ENNUI !  





Mes yeux étaient toujours rivés sur la jeune fille assise derrière le bureau. De longs cheveux noirs aux reflets violets, une peau pâle, des yeux sombres... Je n'étais pas loin de l'arrêt cardiaque à vrai dire. Comme si j'y pouvais quelque chose en même temps, j'avais juste en face de moi la personne parfaite pour incarner une héroïne de manga ! C'était bien connu, les cheveux de jais, la peau pâle, les Japonais en étaient dingues, et moi aussi pas la même occasion. C'était étrange, j'avais l'impression de réaliser un rêve. Un rêve étrange, non ? Certains rêvaient de devenir des icônes de la mode, d'autres des stars et j'en passe. Moi, c'était de rencontrer un personnage de manga. Immature ? Je sais mais je ne peux pas refouler ma véritable nature. Celle d'un grand gamin pourtant semblable à l'un des personnes les plus tordues peuplant ce monde.

Je tentais de garder mon calme, évitant de bafouiller comme les stéréotypes de geek ,qui n'ont jamais étaient en contact avec des personnes de la gente féminine et que l'on retrouve tout particulièrement dans les mangas, une fois de plus.


Bonjour, Monsieur. En quoi puis-je vous aider ?



Ah. C'était vraiment dur de rester calme. J'avais juste envie de crier « Kawaaaaiiii ! ». Des fois, je me faisais peur parce-que je me trouvais monstrueux, et puis des fois, parce-que j'étais vraiment un garçon stupide... En quoi pouvait-elle m'aider ? Bonne question. Je ne savais même pas ce que je voulais, j'étais venu ici simplement parce-que j'avais laissé mes pas me guider au final. J'observais un peu plus attentivement mon interlocutrice avant de lui répondre, tiens, elle ne m'était pas totalement inconnue finalement. Je l'avais déjà entraperçu dans la salle des professeurs. Sur le coup, j'avais cru qu'il s'agissait d'une élève mais par la suite, la directrice m'avait clairement fait comprendre qu'il n'en était rien et que la petite brune était en réalité la nouvelle bibliothécaire. Je marquais donc un petit silence sans véritablement m'en rendre compte puis me décidai à répondre :

-Eh bien... Je souhaiterais emprunter Capitale de la douleur, de Paul Eluard, s'il-vous-plaît. Ah et, je ne me suis pas correctement présenté, je suis Ander Skyel, professeur d'art et de musique. Il me semble que nous nous sommes déjà brièvement rencontré mais je n'avais pas eu le temps de me présenter.

J'avançais de quelques pas en haussant un sourcil, mon attention venant d'être interpellée par une feuille sur laquelle on distinguait clairement un magnifique dessin : Un papillon en cage. C'était beau et c'était triste. Je reportais mon regard sur mon interlocutrice avec une touche de tristesse. J'étais triste pour elle, qu'elle soit d'en cet état d'âme là. Car, ne nous voilons pas la face, c'était souvent ça, les artistes s'exprimaient comme ils le pouvaient. Que ce soit à travers l'écriture, la musique, le dessin, à travers toute forme d'art en fait.



[/size]




Revenir en haut Aller en bas
La plus belle plume
Localisation : Entre les rayonnages
Messages : 45
Date d'inscription : 28/05/2014

Feuille de personnage
Prénom: Estelle
Âge: 20 ans
Statut: Bibliothécaire au lycée
avatar
La plus belle plume
Estelle Delierre
MessageSujet: Re: Mission Seconde : Défier l'ennui ! [Pv : Ander]   Ven 30 Mai - 18:17



Mission seconde : Défier l'ennui !


Estelle & Ander

Il éveille mon intérêt.


-Eh bien... Je souhaiterais emprunter Capitale de la douleur, de Paul Eluard, s'il-vous-plaît. Ah et, je ne me suis pas correctement présenté, je suis Ander Skyel, professeur d'art et de musique. Il me semble que nous nous sommes déjà brièvement rencontré mais je n'avais pas eu le temps de me présenter.

Je hochai la tête. Mes yeux se fermèrent brièvement. Je fouillai mentalement dans les rayons, puisque j'avais mémorisé l'emplacement de tous les livres. C'était, pour une fois, une demande intéressante. Il y en avait vraiment trop peu, alors je me devais de bien la retenir. Aussi, s'il me passait une commande pareille, il devait être une personne intéressante à connaître.

- Je sais qui vous êtes, Monsieur Skyer. Enfin, je ne connaissais pas votre nom, mais je savais ce que vous enseignez. Mais soyez-en sûr, je n'oublie jamais une information.

Je m'étais exprimée d'un ton poli, comme je le faisais de coutume. J'avais toujours peur de commettre un impair, de m'attirer les foudres de quelqu'un. C'était vraiment ma dernière chance de me prouver que l'être humain n'était pas qu'horrible. Je voyais cela comme... Un espoir obscur, qui avait peu de chances de réussir.

Je me levai, toute en élégance. J'avais cette démarche que l'on ne voyait que dans la plus fine fleur de la noblesse, d'après Shirokân. Je ne savais pas si c'était vrai, mais depuis que j'avais compris que mon corps pouvait être une arme de par sa beauté, je me rendais compte des regards, des chuchotements sur mon passage. Cela ne me gênait pas, tant que les hommes ne me touchaient pas avec des attentions grivoises. Même si je savais ce qu'était l'amour d'une nuit, il devait à mon sens se développer avec patience. La courtise, c'était toujours agréable.

- Si vous voulez bien m'attendre ici, Monsieur Skyer...

Sans vérifier s'il le faisait, je me dirigeai vers le bon rayonnage. Trouver le livre ne me prit pas plus de dix secondes, il était exactement là où je me souvenais l'avoir vu. Je revenais vers lui, munie toujours de mon calme sourire, quand je tombai, d'un seul coup, vers l'avant. J'avais eu un bref, mais violent vertige. J'avais protégé du mieux possible le livre de ma chute, sans songer à moi. Je me relevai, grimaçant en sentant quelques gouttes de sang sur mon genou gauche. Je ne portais pas de bas, elles se voyaient. Zut. Je soignerais ça plus tard. Puis je retournai à mon bureau en m'asseyant avec une légère grimace.

- Puis-je vous demander votre adresse ? J'ai réformé entièrement le système de location, je dois donc vous faire une nouvelle fiche.


By Ally G 



l
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Mission Seconde : Défier l'ennui ! [Pv : Ander]   Ven 30 Mai - 19:44



DÉFIER L'ENNUI !  






Je suivais donc cette nouvelle bibliothécaire dans ce silence que je me plaisais à marquer de temps en temps. Les mains enfoncées dans les poches de mon pantalons, je marchais avec une certaine nonchalance tandis que le petite brune qui était à quelques pas de moi avançait avec une grâce des plus singulière. Cette démarche quelque peu féline me rappelait d'ailleurs un lointain souvenir sur lequel je ne pouvais mettre d'image précise. Je soupirai devant ce triste constat tout en continuant de marcher, mes yeux observant un peu plus chaque rayon.

-Si vous voulez bien m'attendre ici, Monsieur Skyel...


Mince. J'avais été tellement absorbé par mon inspection des lieux que j'en avais perdu mon insoutenable sourire. Je me remis donc aussitôt à sourire avec un air doux quoiqu'un peu stupide. Je hochais la tête comme un enfant l'aurait fait après que sa génitrice lui ait donné des consignes. Je restais ainsi immobile pendant quelques minutes. L'atmosphère qui régnait dans la bibliothèque était des plus apaisantes. Des couples de lycéens chuchotaient, s'aidant pour leurs devoirs tout en flirtant innocemment et ce sous le regard bienveillant des livres qui avaient certainement vu plusieurs de nos ancêtres déjà. Je baisse à nouveau mon regard sur la jeune bibliothécaire et me précipite vers elle lorsque je la vois faillir.

Mais elle se relève comme si de rien n'était avec toute l'intrépidité de son jeune âge. Elle se dirigea vers son bureau tandis que je l'observais sans cesse, elle me surprenait, elle n'était pas comme les autres.

-Puis-je vous demander votre adresse ? J'ai réformé entièrement le système de location, je dois donc vous faire une nouvelle fiche.

-Ah, oui bien sûr, répondis-je avec autant de docilité qu'un canin. Mais tout d'abord, vous en pensez pas qu'il faudrait s'occuper de votre genou ?

Je pointais du doigt la blessure dont le sang s'écoulait doucement. Ce n'était peut-être qu'une égratignure mais je préférais tout de même faire preuve de prudence. C'était mieux ainsi après tout. La dernière fois que j'avais vu du sang ne remontait pas à très loin. Il y avait de ça tout juste quelques mois. Et il ne s'agissait pas d'une simple blessure. Je me souviendrai éternellement de l'odeur mais aussi du décor repeint d'un rouge répugnant.



[/size]




Revenir en haut Aller en bas
La plus belle plume
Localisation : Entre les rayonnages
Messages : 45
Date d'inscription : 28/05/2014

Feuille de personnage
Prénom: Estelle
Âge: 20 ans
Statut: Bibliothécaire au lycée
avatar
La plus belle plume
Estelle Delierre
MessageSujet: Re: Mission Seconde : Défier l'ennui ! [Pv : Ander]   Sam 31 Mai - 9:04



Mission seconde : Défier l'ennui !


Estelle & Ander

Les souvenirs sont infinis.


Je devais être professionnelle, malgré la chute, la douleur qui menaçait de me distraire. Je forçai mon esprit à rester cantonné à mon seul corps. C'était plus facile que de réparer par la suite les ingérences que cela pouvait causer. Shirokân m'avait appris cette discipline feinte. Nous avions fait des exercices tous les jours, alors qu'il coiffait mon interminable chevelure noire striée de mauve. Ce temps heureux et paisible me manquait déjà. Mais mon objectif ne tolérait pas une volonté vacillante. Je devais être solide, dans mon âme au moins.


-Ah, oui bien sûr. Mais tout d'abord, vous en pensez pas qu'il faudrait s'occuper de votre genou ?

Avec un haussement de sourcils, je jetai un oeil à la blessure. C'était enflé, douloureux, mais rien qui puisse m'empêcher de marcher. Là aussi, grâce à Shirokân, je savais faire abstraction de la douleur, la ramener à un grain de sable minuscule dans l'immensité houleuse de mes pensées. Je tapotai nerveusement sur la couverture de mon carnet à dessins. C'était un code, un mélange entre le tapotement binaire et le morse, que j'avais mis au point pour discuter avec Shirokân pendant les mondanités, lorsque qu'un silence poli était de mise.

- Ne vous en faites pas, cela ira. Je n'ai pas besoin de soins. Votre adresses, je vous prie ?

"Je n'ai pas besoin de soins." J'avais dit tant de fois cette phrase dans ma courte vie... Tous les nobles qui fréquentaient les fêtes mondaines du Japon avaient dû l'entendre au moins une fois. J'avais toujours été malade. Je faisais fréquemment des malaises, et c'était pire en ce moment, puisque mes médicaments avaient été renvoyés au Japon suite à une erreur de la douane.

Soudain, la mémoire me revint. il y avait tant de choses dans mon esprit qui retenait tout que quand je ne cherchais pas une information en particulier, elle ne venait pas tout de suite. Mais celle-ci, je l'avais. Je me souvenais d'un gamin, plus vieux que moi, mais moins âgé que Shirokân, qui accompagnait son père dans toutes les soirées, mais ne parlait pas. Son silence m'avais intriguée mais, plutôt que de l'aborder en pépiant stupidement comme les autres filles, je l'avais regardé longuement, en silence, avec ce sourire doux que je montrais si peu. Au final, nous étions devenus un petit groupe d'amis, Ander, Shirokân et moi. Oui, il avait été l'un de mes rares alliés dans ce monde de folie et de cruauté qu'était la haute noblesse.

Je ne m'en rendais pas compte, mais je le fixais avec intensité, à présent. Me regard mauve, couleur de l'absolu, plongeait dans le sien avec droiture et douceur, comme il avait pu le faire autrefois. De quoi ramener à la surface de vieux souvenirs...


By Ally G 



l
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Mission Seconde : Défier l'ennui ! [Pv : Ander]   Sam 31 Mai - 15:18



DÉFIER L'ENNUI !  






-Ne vous en faites pas, cela ira. Je n'ai pas besoin de soins. Votre adresses, je vous prie ?

J'avais cru percevoir une certaine monotonie dans sa voix, oui, je ne me trompais pas. Son timbre de voix indiquait clairement qu'il s'agissait de l'une de ses répliques cultes. De ce genre de mots que l'on prononce indéfiniment sans même les penser. Je connaissais bien ça. Elle souffrait certainement plus qu'elle ne le laisser paraître et de ce fait, j'aurais sûrement dû insister. Oui mais, je ne connaissais que trop bien ce sentiment du vulnérabilité. J'avais déjà trop longtemps côtoyé cette impression d'être faible, inutile. Pire, d'être un poids pour autrui. De ne causer qu'inquiétude, soucis, angoisse, terreur, dégoût et bien d'autres.

-Avenue des rêves, commençai-je avant de lui donner également mon code postal ainsi que le numéro de la maison.

J'avais articulé ces paroles d'un air distrait, la tête tournée sur le côté. Décidément, je passais plus de temps que je ne le penser à observer mon environnement. Peut-être que c'était une sorte de façon de vivre par procuration. Vivre à travers les autres. Les observer, ressentir de l'empathie pour eux, les aimer, les détester et devenir eux. Enfiler le costume d'un autre, c'est plutôt plaisant. Je lâchai involontairement un petit soupir, des fois, penser me fatiguait réellement. Je reportais alors mon regard sur la brune assise à son bureau. Elle me fixait intensément, un doux sourire sur les bout des lèvres. Je ne m'y attendais pas, au premier abord, elle était plutôt distante et là, tout d'un coup... Mon premier réflexe fut de répondre à ce chaleureux sourire tout en posant une main sur l'une de mes joues avec une once de nervosité. C'était un peu cliché comme situation mais après tout, j'avais peut-être bien quelque chose sur le visage. Et c'est en plongeant totalement mes yeux dans les siens que des images longtemps enfouies me revinrent en tête.

A cette époque là, j'étais un adolescent insupportable et loin d'être des plus bavards. J'en voulais à la terre entière, j'en voulais à l'Humanité et inconsciemment, j'en voulais à celui qui m'avait rendu la vie plus supportable, mon père biologique. Je lui en voulais autant qu'à mon beau-père qui avait toujours pris plaisir à me rouer de coups. Pourquoi ? Eh bien, même si l'on prenait en compte le fait que c'était une bonne personne, il restait tout de même l'enfoiré qui m'avait infligé le pire fardeau que j’eus à porter : la vie. En dépit de ce sentiment refoulé, j'acceptais tout ce qu'il me demandait. Et me faire une place dans la société faisait partie de l'une de ses plus grandes ambitions. Aussi, il m'avait initié à l'art de convaincre, de persuader et de manipuler. Toutes ces donzelles fiérotes qui tournoyaient joyeusement autour de moi en me complimentant sur ma belle gueule. Je leur avais répondu avec un air distingué et doux mais au fond, la seule envie qui me traversait était de prendre un malin plaisir à les torturer. Oui, à cette époque-là encore, je n'étais qu'un coquillage dans lequel seule l'amertume faisait écho. Et pourtant, mon attention fut captivée par une jeune fille présente à cette soirée qui était ma première. Elle me regardait, comme les autres certes, mais d'une façon bien différente. Les autres filles, je savais parfaitement ce qu'elles voulaient, s'accorder la prétention de me montrer en tant que leur partenaire et prendre leur pied avec moi. Elle, ou du moins dans ses yeux, je pouvais clairement me voir. Pour elle, j'avais l'impression que j'existais vraiment, que je n'étais pas juste « le garçon d'une soirée ». C'est ainsi qu'avait débuté notre amitié, un trésor des plus précieux que j'avais conservé avec soin mais aussi un souvenir que je m'étais engagé à effacer. J'avais peur que cette vie que j'avais pris peine d'enterrer ne revienne au galop. Quoique je fasse, mon passé me rattrape. Mais peut-être que ce n'est pas une si mauvaise chose en soi ?



[/size]




Revenir en haut Aller en bas
La plus belle plume
Localisation : Entre les rayonnages
Messages : 45
Date d'inscription : 28/05/2014

Feuille de personnage
Prénom: Estelle
Âge: 20 ans
Statut: Bibliothécaire au lycée
avatar
La plus belle plume
Estelle Delierre
MessageSujet: Re: Mission Seconde : Défier l'ennui ! [Pv : Ander]   Dim 1 Juin - 9:40



Mission seconde : Défier l'ennui !


Estelle & Ander

Je ne marque pas les esprits.


Je me laissais aller à composer une mélodie, dans le secret de mon âme. Cela m'arrivait souvent, quand je devais dissimuler mes émotions. J'avais réalisé qu'Ander ne se souvenait sans doute pas de moi. Je marquais très peu les esprits après tout... Je tapotais toujours sur mon carnet, à toute vitesse. 

-Avenue des rêves,...

Je notai cela avec soin, d'une main sur l'ordinateur et de l'autre dans le cahier qui me servait de sauvegarde manuscrite. J'étais très soigneuse, et mon système de gestion ne tolérait ni perte ni vol. Ni moi d'ailleurs. Je ne supportais pas que l'on abîme un livre, et encore moins ceux que l'école avait placés sous ma protection. Je me souvenais, la veille, avoir terrifié un élève qui cornait les pages, alors qu'il y avait des marque-pages à disposition. D'ailleurs, j'en tendis un à l'homme.

- Voici. Afin de ne pas vous perdre dans votre lecture.

Je me mordillai la lèvre, tentant d'ignorer la douleur grandissante de mon genou. J'étais déçue qu'il ne m'ait pas reconnue. Avant mon viol, nous avions été bons amis, lui et moi. Alors qu'avant, j'avais été présente à chaque fois que j'étais invitée, après, il m'avait fallu un an pour avoir le courage de revenir à une soirée. J'aurais cru espérer de lui qu'il ait pu ne serait-ce qu'un peu s'inquiéter de ma disparition, de celle de Shirokân. Enfin, rien de plus normal après tout. Je n'avais pas dû marquer son esprit. Peut-être s'était il souvenu de ma dégaine particulière, puis l'avait-il oubliée à son tour. Sans doute enverrais-je une longue lettre à Shirokân pour lui confier mon désarroi.

- Voilà. La location est effective pour quatorze jours. Je vous prierai de ne pas le rendre en retard.

J'avais pris la fiche du livre, et l'avais glissée dans un compartiment de mon premier tiroir, après avoir noté le nom de l'homme et la date d'emprunt avec soin. Je le regardai ensuite dans les yeux, tentant de dissimuler la tristesse qu'il me causait derrière un masque de glace.

- Est-ce que ce sera tout, Monsieur ?

J'avais employé la formule formelle, puisqu'il ne se souvenait pas de moi. Non, je n'étais pas déçue. Je ne pouvais pas l'être. Après tout, il était si facile de m'oublier...


By Ally G 



l
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Mission Seconde : Défier l'ennui ! [Pv : Ander]   Dim 1 Juin - 13:40



DÉFIER L'ENNUI !  






-Voici. Afin de ne pas vous perdre dans votre lecture.

Je levai une main afin de prendre le marque-pages que l'on me tendait, accompagnant cette action d'un geste de tête reconnaissant.

-Voilà. La location est effective pour quatorze jours. Je vous prierai de ne pas le rendre en retard.

Mes yeux plantés dans les siens, j'entendais à peine les paroles qui sortaient de sa bouche, trop occupé à ressasser le passé. J'en étais certain cette fois, c'était elle. Les souvenirs me rapportaient peu à peu la nature de notre relation, une amitié des plus sincères et des plus belles. Je me rappelais l'avoir grandement apprécié, l'avoir considéré comme l'une de me plus grandes alliées. Mais je me remémorais également sa soudaine disparition. J'étais resté dans l'ignorance pendant un long moment. Je me rendais désespérément dans les soirées mondaines afin de la retrouver elle, ainsi que Shirokân mais le constat était toujours le même, j'étais seul. Livré à une foule de jeunes filles de bonnes familles exaltées devant mon physique atypique. C'en était suivit une période durant laquelle j'avais gardé une certaine rancœur envers mes deux amis mais j'avais appris par la suite ce que cette amie qui m'était si chère avait eu à subir. D'abord vexé de ne pas en avoir été informé, je n'ai pas cherché à reprendre contact avec eux. N'étais-je pas un assez bon ami pour mériter qu'on m'en informe ? Peut-être qu'après tout, j'avais simplement été un divertissement, une lubie, rien de plus, rien de moins. Ma bien-aimée sœur quant à elle m'avait conforté dans l'idée qu'ils m'appréciaient au moins autant que je les appréciais, qu'il fallait simplement que me montre plus empathique, que je comprenne à quel point les choses avaient dû être dures pour eux. L'idée de commencer une correspondance avec eux m'était tout naturellement venue, mais une chose en entraînant une autre, je m'étais subitement retrouvé sans rien. Livré à moi-même sans quoique ce soit sur moi. J'avais fait ce choix, tout quitter. Et tandis que je fuyais mon passé, la pensée de mes amis m'avait abandonné.

Est-ce que ce sera tout, Monsieur ?

-Tu peux m'appeler Ander, depuis le temps que l'on se connaît... Tu te souviens de moi ?

Un sourcil dressé, je la fixais toujours intensément. Se souvenait-elle ? Et si oui, m'en voulait-elle pour ce silence radio? J'étais soudainement angoissé à l'idée de la perdre alors que je l'avais déjà perdu il y avait des années de cela. Précédemment, je n'avais pas pu être à ses côtés pour la soutenir et c'était pour cette raison que je n'avais donné signe de vie, ma fierté quelque peu entachée. Mais peut-être que cette fois, elle me donnerait la chance de toujours être compté parmi ses amis ?



[/size]




Revenir en haut Aller en bas
La plus belle plume
Localisation : Entre les rayonnages
Messages : 45
Date d'inscription : 28/05/2014

Feuille de personnage
Prénom: Estelle
Âge: 20 ans
Statut: Bibliothécaire au lycée
avatar
La plus belle plume
Estelle Delierre
MessageSujet: Re: Mission Seconde : Défier l'ennui ! [Pv : Ander]   Lun 2 Juin - 10:56



Mission seconde : Défier l'ennui !


Estelle & Ander

Je ne suis qu'une ombre.


Je réprimai sévèrement mon envie de bailler. Je ne dormais pas beaucoup, depuis mon arrivée. En fait, je ne l'avais presque pas fait. Si Shirokân l'apprenait, il allait me tuer, tout simplement. Il détestait que je me néglige, et j'avais promis d'éviter de le faire, puisqu'il n'était pas là pour me surveiller. Mais je ne faisais pas exprès. C'était comme la nourriture : je n'y pensais pas, tout simplement.

Je regardai Ander, fixement. J'étais toujours terriblement blessée qu'il ne me reconnaisse pas. Pourtant, il avait toujours semblé content de me voir, aux soirées. Et j'avais été tout aussi heureuse, moi, la petite princesse orpheline, toujours volontairement à l'écart. Je me souvenais avoir beaucoup dansé avec lui, presque autant qu'avec Shirokân. J'avais toujours aimé danser, mais les danses traditionnelles, comme la valse. Je me sentais libre et protégée à la fois, progressant sur la piste dans les bras de mon si cher majordome.

-Tu peux m'appeler Ander, depuis le temps que l'on se connaît... Tu te souviens de moi ?

Je haussai un sourcil et plongeai mon regard mauve dans le sien avec un calme qui n'était pas mien.

- Bien sûr que je me souviens. Baka.

J'avais articulé le dernier mot avec mon sourire enfantin, celui qu'il était parmi les rares à avoir vu. Celui qui n'avait qu'un seul et unique message à faire passer, un message absolu, criant de vérité. "J'ai confiance en toi". Et puis, je lui avais souvent donné ce surnom, quand il me posait une question dont la réponse était évidente.

- A vrai dire, je me demande si je dois te frapper ou te faire un câlin...


By Ally G 



l
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Mission Seconde : Défier l'ennui ! [Pv : Ander]   Mar 3 Juin - 19:36



DÉFIER L'ENNUI !  






-Bien sûr que je me souviens. Baka.

C'était plutôt surprenant de voir l'effet que de simples mots pouvaient avoir sur une personne. Et même sur son organisme. A ces paroles qui me parurent des plus douces, j'avais senti mon cœur se lever, faire un bond, comme prêt à s'extirper de cage thoracique. Baka. Ce surnom qui n'était pourtant pas très flatteur était l'un de mes favoris. Sans doute parce-qu'une bouche familière l'avait rendu cher à mon cœur. Toujours cette même façon de l'articuler, la même intonation, la même bouche délicate qui accompagnait ces paroles avec un sourire malicieux. Oui, toutes ces petites choses, pourtant simple à première vue, lui avaient énormément manqué. Il avait du mal à se l'avouer, sa fierté l'aveuglant mais, sans son précieux duo d'amis, Ander aurait peut-être déjà quitté ce monde. La vie pouvait être dure, les Humains l'étaient encore plus. Ils l'avaient profondément écœuré, meurtri. Et c'était avec cet état d'esprit qu'il leur vouait une haine implacable. Oui mais... Mais dans ce parcours semé de désespoir qu'est la vie, on rencontrait de merveilleuses personnes. Le bonheur est à porté de mains, il suffit de s'en donner les moyens.

-Ah ? Je... Suis heureux, lâchai-je avec un sourire qui ne pouvait exprimer toute la joie qui m'envahissait.

-A vrai dire, je me demande si je dois te frapper ou te faire un câlin...

Sa remarque me fit rire. Il y avait des fois, où je souriais et riais juste pour faire plaisir pour ne pas... blesser mon interlocuteur. Avec elle, j'étais sincère. J'étais réellement heureux de la voir, là, juste sous mes yeux emplis de bonheur.

-Tu ne peux tout de même pas refuser un câlin à ton baka préféré, hm ? Ce serait cruel de ta part ! Lançai-je en lui tirant la langue, espiègle.

Mais mes paroles n'accompagnèrent pas mon geste puisque je n'attendis pas de recevoir une accolade de sa part, contournant brusquement le bureau pour la prendre dans mes bras en fermant machinalement les yeux tout en reniflant son odeur, un sourire plaqué sur mes lèvres. Son odeur non plus, n'avait pas changé.




[/size]




Revenir en haut Aller en bas
La plus belle plume
Localisation : Entre les rayonnages
Messages : 45
Date d'inscription : 28/05/2014

Feuille de personnage
Prénom: Estelle
Âge: 20 ans
Statut: Bibliothécaire au lycée
avatar
La plus belle plume
Estelle Delierre
MessageSujet: Re: Mission Seconde : Défier l'ennui ! [Pv : Ander]   Mer 4 Juin - 11:25



Mission seconde : Défier l'ennui !


Estelle & Ander

Ne pleure pas.


La chaleur d'une étreinte... Je réalisais à quel point cela m'avait manqué. Le sommet de mon crâne n'atteignait qu'avec peine le milieu de son torse, comme autrefois. C'était... Réconfortant. Ma peau toujours froide se réchauffait peu à peu au contact de la sienne, cela faisait un bien fou. Mes mains se crispèrent sur ses vêtements. Il m'avait vraiment manqué. Je m'en rendais compte à présent. Comme si la pièce manquante d'un puzzle se mettait en place, révélant toute la beauté de l'image.

Je sanglotais faiblement, enfant perdue dans ses bras. Je pouvais presque imaginer Shirokân-nii, ombre constante derrière moi, me caressant le dos pour me réconforter. Et dite que j'avais tout rejeté en bloc, sept ans auparavant... Comment avais-je pu tourner le dos à une telle amitié ? Sur la fin, de mes douze à mes treize ans, je n'allais plus aux soirées que pour le retrouver.

- Tu m'as manqué... Chaos tout-puissant, Ander, tu m'as tellement manqué...

Je tombais le masque, j'éprouvais des sentiments et je ne les cachais plus. Les larmes roulaient sur mes joues et se perdaient dans ses vêtements. Mes mains tremblaient, comme tout mon corps, et je le serrais plus fort, comme si je refusais de le voir partir. Je m'accrochais à lui, à mes souvenirs heureux, comme si j'espérais que tout redevienne comme avant. Mais je ne pouvais pas, c'était impossible. On ne pouvait pas effacer les souffrances d'un esprit, pas si elle étaient si profondément ancrées. Les miennes ne s'effaceraient pas. Jamais. Je le savais très bien. Je n'espérais plus.

Soudain, je me tendis. Des picotements douloureux montaient le long de mon échine. Mes jambes se mirent à trembler, alors que mes oreilles commençaient à siffler. Ma vision s'obscurcit. J'étais debout depuis trop longtemps. Tout mon corps était lourd soudain. A l'époque où nous nous fréquentions, les crises étaient rares, et Shirokân s'occupait toujours de moi, mais après mon viol, elles étaient devenues de plus en plus rapprochées et fortes. Mes jambes cédèrent. Je n'étais plus debout que parce qu'Ander me maintenant contre lui.

Encore une fois, je m'étais surestimée.


By Ally G 



l
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Mission Seconde : Défier l'ennui ! [Pv : Ander]   Mer 4 Juin - 12:08



DÉFIER L'ENNUI !  






-Tu m'as manqué... Chaos tout-puissant, Ander, tu m'as tellement manqué...

Il n'y avait pas de mots. Aucun terme n'aurait pu convenablement décrire ce que je ressentais à l'instant. Peut-être parce-que je n'étais pas en mesure de me comprendre moi-même. L'humain était un être tellement complexe. J'étais complexe. Submergé de diverses émotions, mon cœur était quant à lui définitivement prêt à me laisser à mon triste sort. Sentir Estelle contre moi me faisait bouillir, tout mon organisme s'agitait sans que je ne puisse réellement m'en rendre compte. Je me sentais juste... bien, troublé mais vraiment bien. C'était comme une drogue pour moi, cette douce odeur de jasmin dont j'avais dû me priver pendant si longtemps. J'étais comme sous l'emprise d'extase, je me sentais flotter, serrant avec tendresse ma précieuse amie.

-Toi aussi, tu m'a manqué, vraiment. Tout me paraissait dénué de sens sans toi à mes côtés, lors de ces fêtes où se dandinaient toutes ces gamines prétentieuses. Je suis tellement désolé... J'aurais voulu te protéger... Je ne laisserai plus personne te faire du mal, jamais.

Et une fois de plus, les mots me manquaient. Décidément, notre langue était réellement pauvre en vocabulaire. Si j'avais pu lui dire à quel point je m'étais détesté. A quel point j'avais voulu mourir pour me punir. Je l'avais abandonné, j'avais abandonné ce trésor indescriptible qu'était notre amitié et voilà ce qu'il en résultait. Je n'avais pas été là pour la protéger, la soutenir et prendre soin d'elle. Je n'étais qu'un lâche aveuglé par son égoïsme. A l'instant, j'étais heureux, heureux et couvert de honte. Je serrais un peu plus mon étreinte, les yeux toujours clos puis je sentis peu à peu qu'Estelle ne tenait plus debout, que seuls mes bras lui permettaient de rester plus ou moins sur pieds. Une lueur d'anxiété traversa mon regard, je savais ce qu'il se passait, ça recommençait. Mais je n'ajoutais rien, je feintais de ne pas me rendre compte de la situation et me contentai de la serrer soigneusement contre moi. Je restai ainsi pendant quelques minutes, appréciant cette embrassade agréable et me décidai finalement à lui faire remarquer :

-Ça recommence, n'est-ce pas ? Tes crises, je veux dire...




[/size]




Revenir en haut Aller en bas
La plus belle plume
Localisation : Entre les rayonnages
Messages : 45
Date d'inscription : 28/05/2014

Feuille de personnage
Prénom: Estelle
Âge: 20 ans
Statut: Bibliothécaire au lycée
avatar
La plus belle plume
Estelle Delierre
MessageSujet: Re: Mission Seconde : Défier l'ennui ! [Pv : Ander]   Mer 4 Juin - 12:49



Mission seconde : Défier l'ennui !


Estelle & Ander

Refuse de t'effondrer.


-Ça recommence, n'est-ce pas ? Tes crises, je veux dire...

Je hochai faiblement la tête. Malgré le sifflement de plus en plus aigu qui emplissait mes oreilles, je parvenais encore à l'entendre. Sa voix... Etait une chose que je ne pouvais me résoudre à laisser derrière moi. Dans les mondanités, j'avais été la première à lui tirer autre chose qu'un mot de mépris. Même s'il avait commencé par me prendre pour une dinde gloussante et imbécile, c'était autour d'un plateau d'échecs que je lui avais prouvé à quel point ce n'était pas le cas. Shirokân-nii en avait beaucoup ri d'ailleurs. Il était le seul au monde à m'avoir fait jeu égal, alors quelle chance aurait pu avoir Ander ? D'autant plus que j'avais été rendue furieuse par son ton cassant. Je ne lui avais pas fait de cadeau.

- Go...Gomen...

Mon souffle était court, haché, et de faibles tremblements m'agitaient. J'avais sans doute de la fièvre, qui expliquait la douleur de mes tempes battantes. Mes muscles n'avaient plus la moindre force, et pourtant ils se contractèrent avec violence quand une langue de douleur déchira mon échine. J'aurais voulu hurler, je ne parvins même pas à gémir. Les larmes qui coulaient sur mes joues étaient de souffrance cette fois. Je me terrai dans un coin de mon esprit meurtri, mes yeux se révulsant derrière mes paupières.

Mais je ne m'évanouis pas. Non, je ne pouvais pas. Je devais tenir. Pour Ander, pour notre si chère amitié, retrouvée et presque en un instant reconstruite. J'étais obligée de tenir le coup. Je ne pouvais pas disparaître une seconde fois, même pour un instant. Je devais m'ancrer solidement, lui prouver qu'il ne serait plus abandonné. Je ne pouvais plus tolérer cette lâcheté face à la douleur qui avait toujours était mienne.

Alors que je luttais pour reprendre le dessus sur cette immonde sensation, un long hurlement d'agonie m'échappa, remplissant la salle. Heureusement, mis à part Ander et moi, il n'y avait personne. Je forçai l"horrible son à ce muer en de sourds halètements. Je me contrôlais. Oui, je le devais. Lentement, sans faillir, je repoussai la douleur. Je ravalai le sang dans ma bouche. Oui, voilà, je devais faire comme ça. Ne pas me précipiter, parce qu'aller trop vite, ce serait faiblir.

Je finis par réussir à rouvrir les yeux. Croisant le regard inquiet de mon ami au-dessus de moi, je me rendis compte que j'étais tombée. Mais je n'avais pas l'impression d'avoir touché le sol, pas brutalement en tout cas. Il m'avait sans doute rattrapée. Je lui souris faiblement. J'avais froid. Un froid terrible, non pas dû à la fraîcheur externe, mais à la faiblesse interne. J'étais encore essoufflée, mais cette fois, je me remettais.

- Pardon... Mes médicaments sont pas encore arrivés en France... Enfin, si, mais la douane les a renvoyés... Au Japon... Suite à une erreur administrative...


By Ally G 



l
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Mission Seconde : Défier l'ennui ! [Pv : Ander]   Mer 4 Juin - 18:52



DÉFIER L'ENNUI !  






Go...Gomen...

Comme si je pouvais lui en vouloir pour une chose dont elle n'était pas coupable. Que pouvait-elle faire contre ses crises à part lutter désespérément comme elle le faisait actuellement ? Je lui portais un regard doucereux, la commissure de mes lèvres laissant apparaître un sourire apaisant. Mes mains glissèrent jusqu'à sa chevelure brune. Elle longeaient furtivement ses cheveux, et je tins leur bout en les examinant comme je l'avais fait autrefois. Une manie que j'avais pris, une manie que j'exécutais pour la rassurer, pour me rassurer peut-être moi-même également. Finalement je l'enlaçais une nouvelle fois en fermant les yeux, une légère grimace marquant mes traits. Et une fois de plus je me remémorais tout. Le regard méprisant que j'avais eu à son égard mais aussi ce moment où j'avais ravalé ma fierté lorsqu'elle m'avait battu sans peine aux échecs. Il fallait que je me l'avoue, elle n'était pas comme les autres.

-Baka... lâchai-je simplement avec un sourire taquin.

C'était plutôt rare, en général, c'était que l'on surnommait ainsi. Oui mais là, je n'avais pas eu d'autres choix. C'était juste comme un réflexe, un automatisme. Je ne voulais plus qu'elle s'excuse alors qu'elle était une victime, elle n'avait pas à le faire. Tout ce que j'attendais de sa part, c'était qu'elle se laisse aller dans mes bras. Rien de plus, rien de moins. Et tandis que je me délectais de cet instant précieux, je sentis Estelle glisser. Elle tomba sur le sol sans que je ne puisse réagir. Je sentis simplement son petit corps se détacher, m'échapper. Ses cheveux quant à eux, l'accompagnaient gracieusement dans sa chute. Je les sentis effleurer ma joue tandis que mes pupilles se dilataient et qu'une sueur froide parcourait lentement mon corps, glaçant mon sang et figeant mes muscles tendus. Sans que je ne m'en rende compte, la stupeur avait été telle que je m'étais subitement mordu la lèvre, la faisant ainsi saigner mais dans l'état où j'étais, la douleur ne m'atteignait plus. Je me laissais tomber sur les genoux, soutenant mon amie avec délicatesse et fermeté à la fois. Avec délicatesse car je savais bien qu'avec ma brutalité et son corps frêle, j'aurais pu la blesse. Et avec fermeté car je ne voulais plus la quitter, l'abandonner comme je l'avais fait auparavant.

-Pardon... Mes médicaments sont pas encore arrivés en France... Enfin, si, mais la douane les a renvoyés... Au Japon... Suite à une erreur administrative...

Je ne répondis que par un hochement de tête, mon visage illuminé d'un sourire incroyablement hypocrite. J'étais submergé par l'émotion mais il fallait que je sois fort, que je reste maître de ce faux moi que j'avais bâti le temps durant notre séparation. Je maintenais la tête d'Estelle d'une main tandis que l'autre caressait tendrement ses cheveux et que mes yeux plissés et dénonciateurs de mon véritable état la fixaient avec une once de mélancolie. Je me vouais une haine incontestable. Tout ce que j'étais fichu de faire était de sourire bêtement, dans le stupide espoir de rendre la vie plus supportable à mon entourage et à ce faux Ander que j'avais pris soin de construire pour me protéger des autres, des humains.

-Tu sais, j'ai beaucoup changé depuis la dernière fois. On m'a dit que j'étais devenue une meilleure personne d'apparence mais que j'étais devenu le pire des monstres au fond de moi, que je n'étais qu'une façade qui ne reflétait rien. C'est la vérité, je ne suis absolument rien. Je croyais m'être amélioré et en te reconnaissant j'ai eu la prétention de croire que j'avais réellement changé, que je pourrais te protéger. Mais c'est faux.




[/size]




Revenir en haut Aller en bas
La plus belle plume
Localisation : Entre les rayonnages
Messages : 45
Date d'inscription : 28/05/2014

Feuille de personnage
Prénom: Estelle
Âge: 20 ans
Statut: Bibliothécaire au lycée
avatar
La plus belle plume
Estelle Delierre
MessageSujet: Re: Mission Seconde : Défier l'ennui ! [Pv : Ander]   Mer 4 Juin - 20:07



Mission seconde : Défier l'ennui !


Estelle & Ander

Réchauffe-moi corps et âme.


-Tu sais, j'ai beaucoup changé depuis la dernière fois. On m'a dit que j'étais devenue une meilleure personne d'apparence mais que j'étais devenu le pire des monstres au fond de moi, que je n'étais qu'une façade qui ne reflétait rien. C'est la vérité, je ne suis absolument rien. Je croyais m'être amélioré et en te reconnaissant j'ai eu la prétention de croire que j'avais réellement changé, que je pourrais te protéger. Mais c'est faux.

J'avais très sincèrement envie de lui hurler dessus. Mais je me contentai d'inspirer profondément. C'était pas une bonne idée de m'énerver maintenant, hein ? Mais mon regard, entre mes paupières à moitié ouvertes, en disait long. Je rassemblai mes forces, assez pour me retrouver en position assise, tout en restant dans ses bras. Je savais que seule sa chaleur corporelle me protégeait de l'horrible froid qui m'envahissait quand je faisais une crise. Cela ne tenait qu'à un fil.

- Tu n'as pas.. Changé. Je lis en toi. Ne l'oublie pas. Tu es toujours mon Baka. Tu le caches bien, mais il est là. Et tu me protèges, là. Tu sais à quel point... Je hais ce froid... Qui vient avec mes crises.

Je me laissai à nouveau aller dans ses bras. Ces quelques mots m'avaient épuisée. Je me nichai contre lui, m'abreuvant sans honte de sa chaleur, comme il m'avait vu le faire tant de fois auprès de Shirokân-nii. Je respirais profondément, calmement, me forçant à exercer sur moi-même un contrôle que je ne possédais pas. Je ne devais pas l'inquiéter plus qu'il ne l'était déjà. Je lui caressai doucement la tempe. Encore un geste qui rappelait le passé.

- Ne t'en fais pas, va. Moi, ça va. Et toi, même si tu as grandi, gagné en force et en maturité, tu es toujours le Baka que j'aime. Même tes faux sourires ne changeront pas ça.


By Ally G 



l
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Mission Seconde : Défier l'ennui ! [Pv : Ander]   Lun 16 Juin - 15:43



DÉFIER L'ENNUI !  







Tu n'as pas.. Changé. Je lis en toi. Ne l'oublie pas. Tu es toujours mon Baka. Tu le caches bien, mais il est là. Et tu me protèges, là. Tu sais à quel point... Je hais ce froid... Qui vient avec mes crises.

Je savais pertinemment qu'elle avait plus ou moins raison. Que je n'avais pas totalement changé. La sensation qui m'envahissait n'avait pas changé non plus, elle était toujours là, inchangée, profonde, ancrée en moi. Je sentis alors le doux contact de sa peau, ses doigts caressant avec une douceur, qui n'appartenait qu'à elle, mes tempes. Et je fermais les yeux pour me délecter du moment présent. Tellement singulier, familier et rassurant.

Ne t'en fais pas, va. Moi, ça va. Et toi, même si tu as grandi, gagné en force et en maturité, tu es toujours le Baka que j'aime. Même tes faux sourires ne changeront pas ça.

Les yeux toujours clos, j'esquissais un sourire paisible. Outre le fait que mon amie était malade, le cadre me paraissait tellement gai, tellement propice à de parfaites retrouvailles comme les nôtres. Et ce qui me réjouissait tout particulièrement était bel et bien la nature si singulière de notre relation. Une amitié, une véritable amitié. Pas l'une de ces fausses que l'on retrouvait partout, pas l'un de ces rôles que je m'étais attribué afin d'entretenir de bonnes ententes. Je réagissais d'une façon que l'on ne me connaissait pas, je réagissais sincèrement. Les mains toujours soigneusement positionnés dans son dos, je laissais peu à peu mes yeux s'ouvrir à nouveau. Si l'on se plaçait du point de vue du temps, de cet élément incontrôlable et réputé pour son côté éphémère, l'on pourrait peut-être ressentir à quel point tout cela était beau et communément étrange.

-Je suis vraiment heureux de pouvoir te revoir. Comme avant, tu n'as pas changé tu sais. Ta peau est toujours aussi douce, tes yeux ont toujours le même éclat... Je suis heureux.



[/size]




Revenir en haut Aller en bas
La plus belle plume
Localisation : Entre les rayonnages
Messages : 45
Date d'inscription : 28/05/2014

Feuille de personnage
Prénom: Estelle
Âge: 20 ans
Statut: Bibliothécaire au lycée
avatar
La plus belle plume
Estelle Delierre
MessageSujet: Re: Mission Seconde : Défier l'ennui ! [Pv : Ander]   Mer 9 Juil - 19:31

- Vire de là, pauvre dinde.
 
Elle hausse un sourcil. Shirokân rit derrière elle. Il sait comme elle ce qu'il va se passer, il sait qu'il va s'en délecter. Il sait comment réagit Yumi-sama quand elle est insultée, ou plutôt, quand ses capacités mentales sont insultées. Ce jeune homme va vivre un cauchemar aussi bref que cuisant. Un instant, la fierté l'envahit. Il est très fier de ce qu'est devenue sa jeune maîtresse. A onze ans à peine, elle mène la vie dure à tous ceux qui voudraient l'écraser de leur âge.
 
- Tu fais le fier, Ander Skyel ? Viens avec moi en salle de jeu. Je vais t'offrir ta leçon.
 
Ah, ce ton, plat, terriblement froid. Sait-il ce qui l'attend ? Sans doute pas. Mais il semble au moins vaguement intéressé, puisqu'il la suit sans discuter. Et Shirokân en fait de même, ombre parmi les ombres, mais ombre de cette presqu'enfant qu'il aime de tout son coeur.
 
Ils arrivent dans la salle de jeu, grande, presque vide. Dans une armoire, des boites, des possibilités, et le majordome n'hésite pas un seul instant. Il sait ce que Yumi-sama veut. Un plateau d'échecs est ouvert. C'est Shirokân qui met les pièces en place et édicte les règles.
 
- Trois parties. Deux manches remportées signifient la victoire. Si les deux manches sont remportées par la même personne, la troisième n'est pas jouée.
- Il n'y aura pas de troisième manche.
 
La voix de Yumi-sama est douce mais implacable. Elle regarde son adversaire dans les yeux. Pour cette première manche, elle joue les blancs. Et ce n'est pas plus mal. Elle va pouvoir lui montrer ce dont est capable l'héritière de la famille Okashii. Elle déplace le pion G2 qui ouvre le chemin à son fou. Pensant sans doute à contrôler le centre du plateau, il avance son pion D7. Il lui suffit alors de mouvoir son fou, jusqu'à H6.
 
- Echec et mat.
 
La partie n'a duré que trois coups. Trois coups qui lui ont suffi à prouver qu'elle est redoutable. Trois coups d'une manoeuvre qu'en général, les gens apprennent à leurs débuts, mais oublient faute de pouvoir la placer. Trois coups qui resteront sans doute dans la mémoire de l'adolescent.
 
La partie suivante est bien plus longue. Elle le rudoie, le pousse dans ses retranchements, prenant chacune de ses pièces sans lui laisser lui voler autre chose que ce qu'elle laisse là comme une embuscade. Et à nouveau, elle gagne.
 
- Maintenant que je t'ai prouvé que je n'étais pas un volatile, et encore moins une dinde, serons-nous amis ?
 
~°~
 
Cela fait six semaines. Six semaines de cauchemars, de cris, six semaines que Shirokân la regarde se détruire, six semaines qu'il se sent impuissant. Il en vient à souffrir avec elle, à être consumé par la haine et le chagrin. Il ne peut que la retenir, la forcer à vivre, il le sait. Il pose sur elle un regard toujours aussi doux, parce qu'il est son fidèle majordome, parce qu'il l'aime d'un amour fou, brûlant, infini. Lentement, il lui tend du papier et un stylo.
 
- Pourquoi ne pas lui écrire, Yumi-sama ? Tu sais que ça te ferait du bien.
- Je ne veux écrire à personne. Pas même à lui. Je ne veux pas qu'il voie ce que je suis devenue. Je suis souillée. Je ne mérite plus de vivre dans le monde qu'il foule.
 
Toujours ces mots, rudes et froids. Pour la première fois de sa vie, Shirokân est perdu. Il voudrait pleurer, pleurer celle qu'elle était, pleurer pour le salut de cette créature qui n'est plus elle et l'est pourtant encore. Mais il ne peut pas. Il doit tenir. Il l'aime, et lui a promis de toujours la protéger. Même contre elle.
 
~°~
 
Elle s'ennuie. Elle est comme enfermée dans ce qui est pourtant un monde de savoir, dessinant sur son carnet en se contraignant à regarder ce qu'elle fait alors qu'elle n'en a pas besoin. Elle arrête quand un homme entre. Ou plutôt, elle arrête quand il prend la parole. Parce que c'est ce qu'elle doit faire, mais aussi, bien qu'elle ne le sache pas encore, parce que quelque chose en elle a reconnu cette voix.
 
La détresse l'envahit quand elle se souvient, mais qu'elle voit que lui ne se rappelle pas d'elle. Est-elle si transparente ? Non... Il ne peut pas avoir oublié toutes ces discussions à trois, ces longs moments d'amitié. Il ne peut pas avoir oublié comme il a compté et compte encore pour elle.
 
- Tu peux m'appeler Ander, depuis le temps que l'on se connaît... Tu te souviens de moi ?

Elle sourit. Il n'a pas oublié au final.

___________________________
 
Je ne pus m'empêcher de sourire tendrement lorsque ces souvenirs me traversèrent. Je n'avais jamais cessé d'être attachée à lui. Mon corps retrouvait les sensations que seules offraient ses étreintes, et je me sentais bien, tout simplement. Je n'avais pas besoin de plus. J'avais un allié, un ami, une personne qui ne me laisserait pas basculer encore.
 
- Je suis vraiment heureux de pouvoir te revoir. Comme avant, tu n'as pas changé tu sais. Ta peau est toujours aussi douce, tes yeux ont toujours le même éclat... Je suis heureux.
 
Mes paupières s'ouvrirent à nouveau, lentement, et je plongeai mon regard couleur d'absolu dans le sien, tranquillement. Je lisais à quel point il était sincère.
 
- Moi aussi, je suis heureuse... Ander.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Mission Seconde : Défier l'ennui ! [Pv : Ander]   Mer 9 Juil - 20:53

Vire de là, pauvre dinde.

Qu'est-ce qu'elles avaient toutes à se mettre sur son chemin ? Enfin, inutile de s'interroger, il en connaissait déjà la réponse. A cause se son apparence singulière, elles étaient toutes autour de lui, fascinées par son assurance et son anticonformisme. Et il leur adressait à toutes les mêmes gestes mécaniques et les mêmes pensées écœurées. La société ne lui avait jamais plu. Il avait toujours ressenti ce sentiments d'injustice, d'incompréhension et de mépris.

Tu fais le fier, Ander Skyel ? Viens avec moi en salle de jeu. Je vais t'offrir ta leçon.

Ah ? Étrange, elle ne se pliait pas à ses envies avec un sourire confus. Jusqu'ici, il avait vécu un infini refrain d'excuses. Il était prisonnier de ma propre réalité, des situations identiques s'offraient à lui. Il n'avait aucun choix, il me contentait d'être la victime du coup du sort, jouant son rôle, bêtement.

-Kss ! Ne me fais pas rire...

Souffla-t-il avec exaspération, cachant parfaitement l'excitation qui montait en lui. Ce scénario-là était singulier, il ne l'avais encore jamais joué. Il suivit docilement la jeune fille, sa démarche nonchalante lui collant à la peau. Un sourcil levé, il laissa ses yeux balayer la pièce. Une multitude de regards accompagnés de chuchotements étaient portés à leur attention. Certains disaient qu'ils resplendissait par leur allure singulière, qu'ils formeraient le couple de la soirée, d'autres se faisaient beaucoup moins doux... Mais plus rien n'atteignait ce garçon qui croyait avoir déjà tout vécu.

L'adolescent écouta sagement les règles qu'énonçait le majordome de son adversaire, regardant cette dernière avec attention. A peine assis qu'il envisageait déjà sa victoire et la moue attristée qui figurerait sur les traits de la jolie brune. Cette pensée le fit frissonner de plaisir. Il aimait ça, voir les autres se sentir quelque peu humiliés. Elle l'avait défié, il souhaitait bien le lui faire regretter. Cependant, il sortit dépité de cette partie d'échecs. Deux fois le mot « perdant » s'était abattu sur lui. La bouche tordue par l'agacement, il fixait la table, évitant soigneusement le regard de la petite brune.

-Maintenant que je t'ai prouvé que je n'étais pas un volatile, et encore moins une dinde, serons-nous amis ?


-Pourquoi voudrais-tu être amie avec quelqu'un comme moi ? Aurais-tu des tendances masochistes ? Je t'ai traité de dinde, j'ai été désagréable avec toi, je le suis d'ailleurs avec tout le monde et tu veux me compter parmi tes amis ? Je ne suis pas cruel au point d'accepter... Je ne souhaite pas profiter de la pitié que tu m'accordes.


Cette pensée l’obnubilait. Tous ces regards qui le rabaissaient à chacune de ces soirées. Tous ne pensaient qu'une chose et cette chose fit encore échos dans son esprit lorsque deux jeunes filles se rapprochèrent, simulant des chuchotements.

« Oh, mais c'est le bâtard de Skyel... Quelle honte. Nous amener un bâtard, j'ai l'impression d'être salie simplement par sa présence.
-Ne sois pas si dure, il a au moins quelque chose : un joli visage.
-C'est bien tout ce qu'il possède... » S'esclaffèrent-elles joyeusement tandis quAnder se contentait de fermait les yeux pour rester maître de lui-même.

Ah, il aurait tant aimé leur dire ce qu'il pensait. Mais en bon gentleman et surtout, afin de ne pas ridiculiser davantage son père, il se tut et adressa aux demoiselles un signe de tête respectueux. Il avait conscience de la honte qu'il apportait sur sa famille, qu'il n'était qu'un bâtard dont la mère alcoolique faisait elle aussi ombre à son paternel.

« Ander, tu ne penses pas que tu devrais prendre des nouvelles de ton amie ? Nous ne la voyons plus aux réceptions, c'est étrange. Et certaines rumeurs circulent... commença doucement son père.

-La ferme ! Elle m'a oublié, c'est tout ! Je le savais... que ça ne continuerait pas. C'est parce-que je suis Ander Skyel. Les bâtards ne méritent pas d'être... »


Il ne put en rajouter davantage, son père lui ayant asséné une gifle.

« Ne dis plus jamais ça. Tu n'es pas un bâtard, tu es mon fils et je suis fier de toi. »

Le garçon se mit à pleurer. Son père était un homme bon, il ne méritait pas d'être de son sang, lui qui était si... monstrueux. Il passa sa soirée à se morfondre dans sa chambre et dès 20h00, une ombre qu'il chérissait se glissa dans sa chambre, se glissant à ses côtés pour l'enlacer.

« Ça va aller, Ander. Tout ira bien. Tout ira bien parce-que je t'aime.
-Oui... Je t'aime. »


Prononcer ces paroles lui avait arracher le cœur. Tout d'abord, ses sentiments étaient adressés à sa demi-sœur, il se dégoûtait lui-même. Ensuite, il ne lui avait rien dit, il n'en avait parlé à personne à vrai dire mais, il comptait fuir dès le lendemain, abandonnant cette famille qu'il avait toujours désiré. Les monstres doivent rester à leur place. C'était là ce qu'il se répétait.

Parmi ces souvenirs, je conservais le bonheur et la douleur. Ma souffrance, je la gardais précieusement, elle était mon arme et mon inspiration. Quant à ces précieux instant de bonheur avec Estelle, je les gravais dans mon âme. Chaque détail me parvenait, ses manières, ses répliques même les sourires aiguisés de Shirokân ne m'avaient échappé.


- Moi aussi, je suis heureuse... Ander.


Je lui offris mon plus beau sourire avant de basculer ma tête en avant pour pouvoir l'enlacer à nouveau. Là encore, je me souviendrai de tout. Du moindre contact, du moindre souffle.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Mission Seconde : Défier l'ennui ! [Pv : Ander]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Mission Seconde : Défier l'ennui ! [Pv : Ander]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Mission III : face à face (seconde vague)
» Rapport : Mission de bataille à 1500 points ork vs tyty
» Première mission
» Ordre de Mission
» Discours du PM lors de la Mission Economique Canada-Haiti

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum RP Amour Sucré Sweet Love Highschool :: Sweet School :: Rez-de-chaussée :: Bibliothèque-